Chronique

Ligne indépendantiste selon Ferhat Mehenni

La voie indépendantiste selon Mass Aselway ne mène nulle part.

C’est un indépendantisme qui n’est pas basé sur une ou plusieurs stratégies, mais plutôt sur un espoir ; l’espoir que l’Algérie s’effondre. Ceux qui suivent cette ligne croient que l’Algérie est une mosaïque de peuples qui, tôt ou tard mènera vers une inévitable “Balkanisation ”. C’est pour cette raison que l’Anavad a créé une multitude de drapeaux pour les…. « peuples d’Algérie » .

La rhétorique ferhatienne stipule que l’Algérie est une création coloniale, du coup une fausse Nation qui, selon lui, devrait disparaitre laissant place à l’existence étatique des « peuples qui composent l’Algérie », dont « le peuple oranais ». J’aurais aimé que ce soit une blague, mais non. L’ancien a bel et bien proclamé l’existence du peuple oranais ! Passons…

En Afrique, tous les pays sont pratiquement issus de la colonisation. Leurs frontières ont été dessinées par les puissances coloniales européennes de l’époque : la France et le Royaume-Uni. L’Allemagne, l’Italie, le Portugal, la Belgique et l’Espagne ont également apporté leur grain de sel à la structure des États africains.

Ce que Ferhat Mehenni semble ignorer, c’est que ce n’est pas parce qu’un pays est issu de la colonisation qu’il ne peut former et constituer une Nation. Il est très important d’ajouter qu’avant le débarquement des Européens en Afrique, il n’y avait pas de Nations ou d’États au sens moderne du terme.

Le deuxième point que Ferhat semble ignorer c’est, que à travers le monde, rares sont les pays qui, comme Israël, ne sont composés que d’une seule ethnie ou un seul peuple.

Ce qui constitue une Nation, c’est la volonté de vivre ensemble ; c’est le sentiment d’appartenance commune. Désolé, mais comme l’histoire le démontre, en Algérie il n’y a pas plusieurs peuples, mais uniquement deux peuples : le peuple algérien et le peuple kabyle. Si on extrait la Kabylie de l’Algérie, cette Algérie deviendra éminemment une Nation dont le peuple n’aurait qu’une seule vision de la vie : celle de l’arabo-islamisme.

La ligne ferhatienne base toutes ses espérances et mise tout sur l’effondrement de l’Algérie, elle a oublié de construire la Kabylie, du moins d’essayer…

On n’attend pas l’indépendance pour construire un pays, tout se joue maintenant. Et on ne construit pas avec des slogans, mais avec des investissements dans TOUS LES DOMAINES. Les indépendantistes auraient dû se substituer à l’Algérie en Kabylie afin d’aller vers la création d’un État parallèle. On aurait pu, vous auriez pu, vous aviez les moyens de construire dans chaque village kabyle une petite école où on apprendrait aux enfants kabyles leur langue, leur histoire, leur identité. Vous auriez pu aller jusqu’à la mise sur pied d’un état civil kabyle où les Kabyles seraient répertoriés selon les prénoms qu’ils choisiront et non pas par ces prénoms arabes imposés…

Bref ! le combat de construction national, n’est pas un combat d’opposition, ça ne marche pas comme au RCD… il faut investir et construire… construire surtout une conscience nationale.

Djafar Khenane

About the author

Kamel

3 Comments

Click here to post a comment

  • Pour construire , il faut démolir le passé du père (baba) où est rattaché le cordon ombilical de Notre Embryon de Président.
    Reste t-il un peuple kabyle? C’est un peu comme le dodo, on sait qu’il a existé mais on ignore son apparence dans sa djellaba et sa vocalise in’chanalisée.

    Indépendance, Indépendance, Indépendance, après nous pourr(i)ons.

  • L’indépendance est politiquement souhaitable,parce que il est toujours bon qu’un peuple soit libre, car,de mémoire d’homme aucune nation digne de ce nom n’est devenue grande en laissant à une autre la maîtrise de ses destinées./

Topics

<