jeu. Nov 15th, 2018

Merzouk Touati, l’espion préfabriqué du régime colonial algérien

Vgayet (Kabyles.com) —L’incarcération injuste du blogueur Merzouk Touati depuis janvier 2017 pour espionnage au profit de l’État d’Israël et la peine abominable de 10 ans de prison ferme infligée à ce jeune kabyle qui est doublée d’une amende de cinquante mille dinars par le juge du tribunal de Vgayet, un laquais d’El Mouradia, le 24 mai 2018 reflètent bien la turpitude du régime algérien criminel, son antisémite effréné, son racisme viscéral et son effroyable haine envers les Kabyles.

Nul n’est dupe, le régime criminel algérien a l’habitude de ne pas lésiner  sur les moyens  pour harasser les gens intègres, les personnes sans défense et tous ceux et celles qui dénoncent le crime et l’injustice dans cette Algérie devenue d’ailleurs la risée du monde.

Quel secret peut avoir ce pays imaginaire où les morts gouvernent les vivants, les terroristes sanguinaires héritent le titre de personnalité nationale, les imams charlatans prêchent l’abjection sans aucune réserve et les vrais criminels se pavanent et s’affichent sans crainte et sans souci ?

Un pays qui importe tous ses biens et services ne peut être souverain et ne peut pas avoir de secrets. C’est une évidence. L’Algérie ne produit même pas une aiguille. Tout son matériel militaire, souvent désuet, provient des puissances occidentales: Chine, France, Israël, Allemagne, Russie, États-Unis. L’argent du peuple est volé et caché dans des banques étrangères, pendant que de pauvres citoyens fouillent dans les poubelles pour manger.

C’est un fait que l’Algérie est gouvernée par des voyous, des ignorants, des d’escrocs et des criminels. Le tribunal algérien est un véritable cloaque, une sentine de vices et de la médiocrité où la justice est remplacée par le despotisme et les magistrats ne sont que des larbins et de vulgaires tributaires d’une meute sans âme ni conscience.

Merzouk Touati est un bouc émissaire d’une justice bâillon pour satisfaire l’islamiste et faire taire le libre-penseur.

Ce procès est une fourberie d’une justice qui est à la solde de la diabolique mafia constituée depuis 1962 pour régner d’une main de fer sur le pays et le peuple.

Ce jugement est le fignolage du programme pédagogique de la sinistre école algérienne qui endocrine matin et soir nos jeunes dans l’antisémitisme, le mensonge et la faillite.

Cette condamnation est l’expression de l’hypocrisie infâme des lâches gouvernants qui eux-mêmes mettent leur corps et leur âme dans les mains des médecins étrangers en l’occurrence l’impotent Bouteflika.

Merzouk Touati n’est pas Saïd Bouteflika ni Chakib Khelil ni Ahmed Ouyahia ni un quelconque général ou ministre. Il n’est pas non plus Madani Mezrag. Il n’est ni criminel ni terroriste… C’est un libre-penseur, pour cette raison il est condamné à 10 ans de prison. 

La justice du colonialisme algérien est conçue pour brimer la liberté d’expression. C’est une machine contre les vulnérables, contre le peuple et contre les honnêtes citoyens sinon tous les dirigeants de ce régime criminel moisiront dans les prisons.

L’histoire retient encore que dans cette Algérie scandaleuse, c’est la loi de la jungle qui règne.

Jusqu’à quand?

Boualem Afir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *