Chronique

Racisme, nationalisme et patriotisme

Aujourd’hui, tout le monde parle de racisme, mais avec une définition très étriquée. Le racisme est une science : c’est la classification et la hiérarchisation des races. Les nazis, à leur époque, ont voyagé aux quatre coins du monde pour élaborer toutes leurs théories raciales.

Donc, on peut comprendre très bien qu’un individu qui se bat pour libérer ou sauvegarder son pays et son peuple n’est aucunement un raciste, mais simplement un nationaliste, un amoureux de son pays.

Par contre, il faut faire attention au pouvoir des mots : le nationalisme n’est pas la même chose que le patriotisme.

Un patriote est un individu qui reconnaît son appartenance à un pays, qui aime ce pays et qui arbore fièrement les couleurs de celui-ci, mais qui ne le défend pas contre toutes les valeurs exogènes. Car, pour le patriote, la Nation n’est qu’une situation géographique. Pour preuve, en France, Manuel Valls et Nadjat Valaud Belkacem, qui font tout pour la défranciser, se disent patriotes.

Le nationaliste, quant à lui, est l’individu qui se bat contre toutes ces valeurs qui tendent à détruire, corrompre la nation et ses fondements. Être nationaliste, c’est la militance. Un combat quotidien pour sauvegarder toutes les spécificités qui font d’une nation ce qu’elle est.

Les nationalistes sont traités de « xénophobes », alors qu’ils n’ont absolument pas peur des étrangers, mais seulement que ces étrangers leur imposent une culture qui n’est pas la leur. Et comme l’a affirmé Lévi-Strauss : « Un peu de xénophobie était nécessaire à la défense de sa culture, afin qu’elle ne fût pas engloutie par celle de l’autre ».

Djafar Khenane

 

About the author

Kamel

Add Comment

Click here to post a comment

Topics

<

Calendrier

novembre 2019
L M M J V S D
« Oct    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930