Répression du régime colonial algérien en Kabylie

KABYLIE (Kabyles.com) —Le régime colonial algérien a mobilisé ses services de répression pour contenir et séquestrer les Kabyles qui militent pacifiquement pour leur dignité, pour les droits humains et pour l’autodétermination de la Kabylie. Plusieurs militants du MAK ont été arrêtés ce 25 juin qui coïncide avec la date de l’assassinat du maestro de la chanson kabyle engagée Matoub lounes. Le pouvoir algérien intensifie ses agressions contre les souverainistes kabyles croyant pouvoir mettre en échec le processus de l’autodétermination de la Kabylie engagé par le gouvernement provisoire kabyle.  

Les militants pacifiques kabyles sont la cible permanente des autorités algériennes.   Lounes Hamzi, président de la Coordination Régionale Ouest du MAK, Mustapha Akkouche président de la coordination universitaire VgayetKoudil Aqavayli, Sofiane LadjKhalef Ouazar et d’autres militants kabyles ont été la cible de la gendarmerie algérienne pour les empêcher de se rendre au domicile du rebelle lounes Matoub à Taourirt Moussa.

Les services de répression algériens ont dressé plusieurs barrages notamment à Boubhir, un village situé à environ 6 km du chef-lieu communal d’Illoula Oumalou, pour barrer la route aux militants du MAK qui voulaient se rendre à l’hommage organisé à la mémoire du chanteur kabyle Matoub Lounes assassiné par le régime colonial algérien.

Cette énième provocation nous renseigne sur l’acharnement du régime illégitime d’Abdelmadjid Tebboune contre une Kabylie qui se bat pour son indépendance et refuse de courber l’échine face au colonialisme algérien. Tebboune qui s’est accaparé du trône en Algérie, après les élections frauduleuses de décembre 2019, a accéléré le projet de (zéro Kabyle) pour renforcer le régime algérien dictatorial et fasciste. Dès son accès au pouvoir, il a ordonné à la justice de blanchir son fils et le libérer de prison suite à son implication dans des affaires de corruption et d’importation de 701 kilogrammes de cocaïne.

Ce régime mafieux algérien saisit chaque opportunité pour briser toute volonté de développement qui émerge en kabyle et pour assiéger et humilier le peuple kabyle. Vingt-deux ans après avoir assassiné le chanteur kabyle Matoub Lounes, le pouvoir colonial algérien poursuit sa répression contre les citoyens kabyles et sa politique d’aliénation et d’endoctrinement.   

La mobilisation du peuple kabyle est plus qu’une urgence, c’est une nécessité pour se débarrasser une bonne fois pour toutes de cette Algérie qui assassine, agresse et intimide les enfants de la Kabylie.

À bas la dictature algérienne en Kabylie.

Vive la Kabylie libre et indépendante.

Social profiles